Xavier HAAS
Peintre - Graveur
1907-1950
Né à Paris où ses parents tenaient un hôtel, dans un foyer comblé, il était l'aîné de trois enfants, Xavier et ses deux soeurs : Florence « Cosy » et Marjolaine « Fofi » formaient une famille très unie. La guerre de 1914-1918 devait être un événement douloureux pour cette famille de l'Est, le père de Xavier fut gazé et devait mourir des suites de la guerre en 1936, comme beaucoup d'autres "poilus" il ne devait avoir sa première permission qu'en 1916 ! c'est à cette occasion que fut prise la photo ci-dessous.
Cosy, Fofi et Xavier avec leur père L'immeuble où il est né rue Cassini à Paris
Les premiers contacts de Xavier Haas avec l'art il les du au frère de sa mère, peintre de talent mais dépressif qui habitait au rez de chaussée de leur immeuble. Il fut conquis par la Bretagne qu'il découvrit en 1919 à Sarzeau (Morbihan), au cours d'un long séjour à Lan Hoëdic où il tentait de se remettre d'une poliomyélite contractée à l'age de 6 ans, en Alsace, cette maladie devait bouleverser sa vie . C'est au cours de cette période en Bretagne qu'il fit la connaissance de l'autre "Xavier" : Xavier de LANGLAIS, qui devait se joindre au trio.
Leur amitié naquit à la fin de l'adolescence (1925), elle ne devait jamais se démentir, quand ils étaient séparés ils échangeaient de longues correspondances, qui seront peut-être un jour publiées. Leur amour de l'art et de la Bretagne n'a cessé de les rapprocher, Xavier de LANGLAIS disait : « Sous son apparence frêle, il cachait une âme d'une richesse rare. Son coeur était simple et son affection sûre. Il fut l'ami par excellence. »

Lan Hoëdic par Xavier Haas, Collection particulière.
Xavier Haas fut reçu à l'Ecole des Beaux Arts de Paris où il fera un court passage. Pendant ses études à Paris Xavier de LANGLAIS sera un hôte assidu de la famille Haas, c'était l'époque de l'insouciance, tous les quatre faisaient de la musique et jouaient des pièces de théatre. En pensant à lui et à ses difficultés ses parents décident de construire par l'architecte M. ABELLA un immeuble de rapport rue Cassini dont les appartements sont conçus pour les artistes, avec atelier et baies vitrées, le bâtiment terminé en 1930 est décoré d'une frise en relief de Xavier HAAS très décorative, toujours visible de la rue au N° 12 .
Xavier de Langlais et Xavier Haas
Cette immeuble très représentatif des années 30 a été classé en 2001.
Malgré l'épreuve qui l'avait physiquement brisé, son oeuvre n'a été que louange de la vie et de la beauté, peintre et graveur il avait le culte de son métier, il concevait sans hâte, avec amour et de façon souvent désintéressée. Comme X. de LANGLAIS il aimait l'ouvrage bien fait, ils appartenaient à la même école, au delà de l'inspiration commune leur admiration réciproque influençait leurs travaux. Tous les deux adhéreront au groupe des « Seizh Breur » fondé en 1927 par Jeanne MALIVEL et René Yves CRESTON, de nombreux autres artistes devaient les rejoindre, tous avaient le désir de rénover l'art breton en lui gardant son âme.
Xavier Haas rejoindra les Seiz Breur en 1936 à l'occasion de l'Exposition Internationale de Paris en 1937, il y anima la maquette du Pavillon de Bretagne . Il collabora aussi à l'Atelier Breton d'Art Chrétien, fondé en 1929 par James Bouillé et X. de Langlais, c'est ainsi qu'en 1936 il fut amené à créer l'encadrement des stations du chemin de croix de l'église Notre-Dame de La Baule (Loire-Atlantique) .
Il s'était lié spécialement d'amitié avec le compositeur Georges Arnoux et le peintre alsacien Georges Cornélius, qui s'était installé à Ploubazlanec.
Xavier HAAS a laissé une oeuvre surtout de graveur sur bois d'une grande force de caractère:

-une série de Saints de Bretagne,
-une carte de Bretagne, rehaussée de couleurs par lui même au pinceau,
-un programme du Bleun Brug (Congrès Celtique),
-des illustrations dans les journaux : Ololé, La Bretagne, Sked, Feiz ha Breiz.
-l'illustration avec des bois gravés de"Culture physique et regimes" du Dr Pierre Madeuf,
-l'illustration au moyen de lavis des « Pionniers Celtes » de G. Toudouze, non édité.
-un conte « Lommig » écrit et illustré par lui, Skridou Breizh, 1943,
-l'illustration de "Histoire de Bretagne pour tous" de C. Danio, 1942, réedité par Britia,
-l'illustration de « Gwinizh hepken » de Marianna Abgrall, Al LIAM 1962 et
-la réalisation avec Herry Caouissin de « Breizh visions d'histoire », Melezour Breizh 1969, ces deux derniers livres furent édités après sa mort.

Il a créé aussi d'autres oeuvres très différentes :

-le « Diorama de Bretagne », au pavillon de Bretagne de l'Exposition Universelle de 1937, ce plan relief reprenait les batiments les plus remarquables de Bretagne
-la bannière de Saint Gildwen, patron des bretons expatriés, 1950.

Il se dévoua beaucoup pour le théâtre en langue bretonne et créa :

-des maquettes et des costumes de théâtre pour les Bleun Brug de 1937 et 1939 : Mystère de Yann de Landévennec - Fostus an Doktor daonet (Marlowe - R. Hémon) - Korol ar Vuez hag Maro (X. de LANGLAIS 1939), le Mistère "Résurrection de la Bretagne".

Enfin il a laissé:

-quelques peintures et fusains.
Il n'a pu bénéficier du temps pour créer, comme la santé, cela aussi lui aura été refusé, il est décédé à 43 ans, le 13 octobre 1950, son oeuvre est inachevée elle n'a jamais atteint l'ampleur dont il rêvait. Il trouva malgré tout le temps de s'occuper de ses frères de souffrances les paralysés de France en collaborant à leur journal « Faire Face ». Mort sans descendance sa soeur "Fofi" (Marjolaine) et ses neveux SKORA et REHNBERG essayent de maintenir son souvenir.



Tugdual de LANGLAIS

Xavier HAAS sur son lit de mort dessiné par Xavier de LANGLAIS.